Archive pour le 28 juillet 2007

Antoine Cristal

Antoine Cristal par Alfred Benon

Antoine Cristal est né à Turquant (49) en 1837, mais il n’est pas né vigneron. Son père, d’origine auvergnate, était marchand ambulant, et non pas ramoneur, comme le disait Cristal par provocation. Antoine continue la profession en se spécialisant dans les textiles et amasse une petite fortune, grâce à un travail acharné et à quelques habiles spéculations. En 1886, il achète le château de Parnay et devient un vigneron avisé. Il aménage le célèbre «  clos des Murs  », près de sa résidence, et le «  clos Cristal  », à Champigny : les ceps de cabernet y traversent des murettes, poussant du côté nord et mûrissant leurs pampres au midi.
  Toujours en sabots de bois, le père Cristal est constamment dans ses vignes ou dans ses caves troglodytiques remarquablement équipées. Il s’oppose avec rage à la chaptalisation et à toute mixture chimique. Ferme républicain et libre penseur, ce notable entre en relations avec Allain-Targé et Charles Ferry, Gambetta et surtout Georges Clémenceau.
  A partir de 1924, quand il se rend dans sa Rolls-Royce de sa maison parisienne de la rue Franklin à Saint-Vincent sur Jard, Clémenceau passe par Parnay et déjeune chez Cristal. Il lui commande quelques caisses de vin, pour lui et pour ses amis, en particulier pour le peintre Claude Monet ( 29 lettres autographes de Cristal sont conservées au Musée Clémenceau ; les réponses de ce dernier sont très amicales ).
  Le 24 décembre 1928, Cristal fait donation du clos qui porte son nom aux Hospices de Saumur. Le vieillard bougon n’est pas particulièrement philanthrope. Voulait-il punir ses héritiers ? Il ne semble pas, puisque sa nièce, Marguerite Vigeant, hérite du château. Le père Cristal pense plutôt à la renommée des Hospices de Beaune et espère par ce geste immortaliser son oeuvre.
 Son ami, le sculpteur Alfred Benon, qui a, plus tard, dressé son buste à Parnay, le dessine à 93 ans, peu avant sa mort, qui survient le 24 janvier 1931.

source : – Fernand ROIMARMIER, « Clemenceau dans le Saumurois chez son ami Cristal, le vigneron de Parnay ( 30 avril 1924-24 novembre 1929 ), S.L.S.A.S., juill. 1932, p. 5- 31.
- Jean-Baptiste DUROSELLE, Clemenceau, Fayard, 1988, p. 901.
- Gino BLANDIN, Histoire du Centre Hospitalier de Saumur , 1996, p. 147-149.

Crémet d’Anjou

pour 6 personnes:
500 g de fromage blanc en faisselle
20 cl de crème fleurette
1 goutte de vanille liquide
2 blancs d’oeufs
50 g de sucre semoule
Fruits rouges QS

Égoutter le fromage blanc en Faisselle

monter en chantilly la crème fraîche, ajouter une goutte de vanille liquide puis mélanger avec la faisselle

monter en neige les blancs d’oeufs, serrer avec le sucre

incorporer délicatement les blancs en neige au premier mélange, égoutter le tout dans une mousseline ou

pour des moules individuels, utiliser des bandes de gaze de plus elles sont stérilisées

mettre la gaze à l’intérieur du moule, remplir avec le crémet

placer les moules sur une grille sous un récipient, égoutter ainsi les crémets pendant 24 h

retirer la gaze, dresser sur une assiette, décorer de fruits rouges et accompagner d’un coulis de framboises.

juillet 2007
D L Ma Me J V S
« juin   août »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  
Abonnez-vous au site !