Blogs à Croquer
Recettes de Cuisine
Retrouvez mes recettes sur
Recettes de Cuisine
Recettes de cuisine
Ventes en Ligne
Terre de Viande
Un Chef dans ta Cuisine

compteur site web

Articles avec le tag ‘val de loire’

Maine-et-Loire 49
à 42 km d’Angers →  68 km de Tours → 276 km de Paris

 

beauge 300x225 Le Château de Baugé

Le château de Baugé

Construit par le roi René de 1454 à 1465, au même emplacement que la forteresse de Foulques Nerra, le bâtiment n’a pas été pensé comme édifice militaire. Il s’agit d’une maison de plaisance, c’était un relais de chasse pour le roi René et une de ses résidences préférées car c’est la seule qu’il ait fait construire.
De style pré-renaissance, cet ensemble architectural du XVe siècle allie simplicité, élégance et charme .
A partir du XIXe siècle, il a été occupé par : la sous-préfecture, le tribunal, un théatre, le musée, la caserne des pompiers et la mairie… ouf! aujourd’hui par l’office de Tourisme du Baugeois.
 

beauge 2 300x225 Le Château de Baugé

Forteresse de Foulques Nerra XIe siècle

 

Cette maquette représente la forteresse construite par Foulques III Nerra (Foulques le noir) comte d’Anjou vers 1015 – 1025 sur l’emplacement de actuelle place de l’Europe et face au château.

François Rabelais (vers 1483-1553)

rabelais François Rabelais

1483 — François Rabelais serait né en 1483 ( la date de 1494 est également avancée) à la métairie de la Devinière, près de Chinon en Touraine. Il est le fils d’Antoine Rabelais, sénéchal de Lerné et avocat.

On sait peu de choses de la personnalité de Rabelais, si bien que toutes les hypothèses ont été envisagées. Pour certains, c’est un ivrogne et un jouisseur; pour d’autres un érudit et un travailleur infatigable. Pour les uns, un passionné des lettres; pour les autres un paillard qui égare le lecteur dans des festins orgiaques.
Son parcours, bien que peuplé de plusieurs zones d’ombre est un peu mieux connu : François Rabelais a d’abord été moine, puis traducteur, médecin et enfin écrivain. Son nom est indissociable des deux héros auxquels il a consacré ses écrits : Gargantua et Pantagruel, deux géants, père et fils. Ce n’est pas lui qui les a créés : ils sont en effet issus de la littérature du Moyen âge. Tout juste, s’est il contenté de transformer le petit diable marin assoiffé en un géant en quête de vin mais aussi de savoir et de toutes les richesses du monde.
Il est novice chez les franciscains de la Baumette, près d’Angers. Il suit des études de théologie. Il fait la connaissance de Pierre Amy et d’André Tiraqueau qui l’initient à l’hellénisme.
1533 — Son Pantagruel est condamné par la Sorbonne comme livre obscène . Pour échapper aux conséquences de cette censure, il se met sous la protection de son ancien évêque, Geoffroy d’Estissac .
1534 — Il devient le médecin particuliers de l’évêque de Paris Jean du Bellay (cousin du poète Joachim du Bellay). Il l’accompagne à Rome, il parcourt la Rome Antique.
1535 — Il publie à Lyon la Vie très horrifique du grant Gargantua, père de Pantagruel, sous le même pseudonyme. Ce livre connaît un grand succès mais est également condamné.
1553 — Mort de Rabelais.

1564— Parution, onze ans après sa mort, du cinquième et dernier livre de Pantagruel . (source Wikipédia)

Indre et Loire 37
Langeais
à 25 km de Tours → 89 km de Blois → 100 km d’Angers → 140 km d’Orléans → 262 km de Paris

 

langeais1 300x225 Le Château de Langeais

Le château de Langeais

Le Château de Langeais , situé en Indre-et-Loire, était au départ une forteresse médiévale édifiée à la fin du Xe  siècle par Foulques Nerra, sur un promontoire rocheux surplombant le Val de Loire . Sous la domination de la dynastie anglaise des Plantagenêts, le château est agrandi par Richard Cœur de Lion. Philippe Auguste le reconquiert en 1206, puis il est détruit par les Anglais lors de la guerre de Cent Ans. Du bâtiment de cette époque subsiste une façade de la tour principale, appelée « donjon de Foulques Nerra ». Il est actuellement considéré comme étant la plus ancienne forteresse en pierre construite sur le sol français.

En 1465, Louis XI ordonne la reconstruction du château, en contrebas des vestiges de l’ancien édifice; les travaux seront menés sous la direction de Jean Bourré, trésorier de France et ami du roi. Le château de Langeais sera achevé en 1469. Très bien conservé et peu remanié, il est un bel exemple d’architecture de la fin de la période médiévale, caractérisé par son pont levis, ses hautes toitures, ses mâchicoulis, son chemin de ronde et ses cheminées monumentales finement sculptées; Langeais est en fait à la charnière entre Moyen-Âge et Renaissance, sa façade ouest, côté jardin, offrant un tout autre visage, marqué par des décorations de type renaissance.

Jusqu’au règne de Louis XIII, le domaine de Langeais reste la propriété de la couronne de France, qui le prête parfois à titre d’indemnisation ou de récompense. Il appartient ensuite à différente familles, jusqu’à son acquisition en 1886 par l’homme d’affaires Jacques Siegfried, qui le restaure et le meuble avant de le céder à l’ Institut de France en 1904.

Le 6 décembre 1491, Anne, duchesse de Bretagne, âgée de 14 ans, épouse à Langeais le roi de France Charles VIII. Anne, arrivée secrètement dans la nuit, revêt sa robe de drap d’or garnie de cent soixante peaux de zibeline. Le mariage est célébré à sept heures du matin. (source Wikipédia)

Maine-et-Loire 49
à 15 km de Saumur → 58 km de Tours → 75 km d’Angers → 293 km de Paris

 

 montsoreau 300x225 Le château de Montsoreau

Le Château de Montsoreau

Situé entre Saumur et chinon, qui inspira le roman d’Alexandre Dumas << La Dame de Montsoreau >> après avoir été, au Moyen-âge, un point stratégique militaire et un octroi sur le fleuve, à la Renaissance, l’une des premières demeures de plaisance construites au bord de la Loire -en 1455- et au 19e siècle, un ensemble de logements et d’entrepôts, le château de Montsoreau est aujourd’hui classé monument historique.

Sa situation est exceptionnelle : sentinelle à la confluence entre Loire et Vienne, il est au carrefour de l’Anjou, du Poitou et de la Touraine. Contrairement aux autres châteaux ligériens, Montsoreau est construit sur le fleuve, qui baignait, à l’époque, ses douves.

Propriétaire du château depuis 1913, le Conseil Général du Maine et Loire a entrepris de le rénover en 1994.

Les premiers travaux ont permis de retrouver, enfouis dans le sol, quelques vestiges du château du 11e siècle, les latrines du 15e siècle et les douves, autrefois remplies par la Loire.

 Indre-et-Loire 37
Rigny-Ussé
à 14 km de Chinon → 35 km de Saumur → 39 km de Tours → 275 km de Paris

usse 300x225 le Château dUssé

Le château d’Ussé

« dit château de la Belle au Bois Dormant »

Ce château est bâti au bord de l’ Indre , un affluent de la Loire. Il se situe à 40km à l’ouest de Tours en direction de Chinon , sur la commune de Rigny-Ussé.

Il présente deux styles architecturaux, l’un d’inspiration médiévale et gothique et l’autre de la Renaissance. La cour intérieure présente un exemple de ces deux styles. La première partie des travaux de construction date du XV e siècle par Jean V de Bueil. Le château sera achevé sous l’aspect actuel au XVIe et XVIIe siècle. Les jardins à la française ont été inspirés par Le Nôtre , l’architecte de Louis XIV . Charles Perrault se serait inspiré de ce château pour le conte de la Belle au bois dormant . Le château contient d’ailleurs une mise en scène du conte cité. (source Wikipédia)

Indre-et-Loire 37
Chenonceaux
à 12 km d’Amboise → 35 km de Tours → 46 km de Blois → 235 km de Paris

 

chenonceau 300x194 Le Château de Chenonceau

Le Château de Chenonceau

Le château est édifié dans le lit du Cher , sur les piles d’un moulin fortifié et du château fort racheté à la famille des Marques. Celui-ci fut rasé, à l’exception du donjon (la tour des Marques, qui sera adaptée au style renaissance) et du puits qui le jouxte. Il fut bati par Thomas Bohier , le secrétaire général des finances du roi François 1er . Le corps de logis carré qui constitue le château originel fut construit entre 1513 et 1521 . Bohier étant occupé par la guerre, c’est surtout sa femme, Katherine Briçonnet , qui diriga les travaux. Bohier était receveur des finances puis Intendant Général des Finances de Charles VIII , Louis XII , puis de François ler et avait pour devise : S’il vient à point m’en souviendra .

À la mort de Thomas Bohier, un audit des finances mit en évidence des malversations, ce qui permit à François I er d’imposer une forte amende à ses descendants et de récupérer le domaine et le château en 1535. Il sera offert par Henri II à sa célèbre favorite Diane de Poitiers , duchesse de Valentinois. Elle fit aménager sur la rive droite du Cher, par Pacello da Mercoliano , le jardin qui porte encore son nom ; elle confia par ailleurs à son architecte ordinaire, Philibert de l’Orme , le soin de construire un pont reliant le château de Bohier à la rive gauche de la rivière afin d’y implanter de nouveaux jardins et d’accéder à de plus grandes chasses. Ce pont faisait partie des plans originels de Thomas Bohier.

À la disparition de Henri II , mortellement blessé lors d’un tournoi en 1559 par le capitaine de sa garde écossaise Gabriel Ier de Montgomery , Catherine de Médicis , devenue Régente, contraignit Diane de Poitiers, sa rivale dans le cœur du roi, à restituer Chenonceau à la Couronne. En échange de quoi, elle cède à Diane le château de Chaumont-sur-Loire , à quelques kilomètres de là.

En tant que Reine mère, après les accessions successives au trône de ses fils, François II , Charles IX et Henri III , Catherine de Médicis fit édifier sur le Pont de Diane la splendide galerie, achevant ainsi de donner à Chenonceau le style que l’on admire aujourd’hui.

Après la visite de Louis XIV le 14 juillet 1650, une pièce fut baptisée Salon Louis XIV .

L’histoire du château est marquée par les femmes qui en furent les propriétaires et les bâtisseuses. Parmi elles, Louise de Lorraine épouse de Henri III dont la chambre, au second étage, porte le deuil de son mari, assassiné en 1589. Une pièce est dédiée aux filles et belles-filles de Catherine de Médicis, La Chambre des cinq Reines (Marie Stuart , Marguerite de France (la reine Margot), Louise de Lorraine , Élisabeth d’Autriche et Élisabeth de France ).

Au lendemain des fastes royaux de la Renaissance, Chenonceau retourna dans le domaine privé au fil de successions multiples et de mutations diverses.

Claude Dupin , fermier général, acheta le château en 1733 au duc de Bourbon. Sa seconde femme, Louise Dupin , y tint salon et y reçut notamment Voltaire , Fontenelle , Marivaux , Montesquieu , Buffon et Rousseau. C’est à Louise Dupin que l’on attribue la différence d’orthographe entre le nom de la ville (Chenonceaux) et celui du château (Chenonceau). Propriétaire du château pendant la Révolution française et grande amie des villageois de Chenonceaux, elle voulut faire un geste pour différencier la royauté , dont le château était un symbole fort, de la république . Elle aurait ainsi changé l’orthographe de Chenonceaux en supprimant le « x » final. Bien qu’aucune source n’ait véritablement confirmé ce fait, l’orthographe Chenonceau est aujourd’hui majoritairement acceptée pour désigner le château.

Le bâtiment resta dans la famille Dupin jusqu’en 1864, date de son rachat par Marguerite Pelouze .

Entré dans le patrimoine d’ Henri Menier qui en fit l’acquisition en 1913, le château demeure aujourd’hui la propriété de ses descendants et reste accessible à la visite. Il est le château privé français le plus visité aujourd’hui.

Il servit d’hôpital pendant la Première Guerre mondiale , 2254 blessés y furent soignés. Durant la Seconde Guerre mondiale , il se retrouve à cheval sur la ligne de démarcation avec un côté en zone occupée et l’autre en zone libre . En 1944 une bombe tomba à proximité de la chapelle et détruisit les vitraux d’origine, remplacés ensuite par Max Ingrand. (Source Wikipédia)

medicis Le Château de ChenonceauCatherine de Médicis

  • Etrange…..dans le ciel angevin, s’élèvent de drôles de clochers.
    Des clochers d’ardoise au bleu profond, pointus,
    mais surtout tordus !

Spécificité de la région et plus particulièrement du Beaugeois, les clochers tors signent de leur silhouette quelques villages d’anjou, au total neuf ont été répertoriés : Cheffes-sur-Sarthe, Chemiré-sur-Sarthe, Distré, Fontaine-Guérin, Fougeré, Jarzé, le Vieil-Beaugé, Mouliherne, Pontigné. Ces clochers seraient vrillés pour éviter au maximum les prises au vent. Situé au Nord-est du Maine-et-Loire le Beaugeois a la particularité d’avoir la plus importante concentration de clochers tors de France.

v beauge vjpg Clochers Tors

v beauge 225x300 Clochers Tors

Arrosé par le Couasnon, le Vieil-Baugé qui avait autrefois gouvernement, prévoté et maîtrise des eaux et forêts est devenu un village très riche en histoire et en patrimoine. Sa remarquable église Saint-Symphorien des XIe et XIIe siècles, surmontée d’un clocher tors unique en son genre. 

pontigne v Clochers Tors

pontigne 225x300 Clochers Tors

L’église Saint-Denis des XIIe et XIIIe siècles de style angevin « Plantagenêts » ornée des célèbres fresques du XIIIe siècle, avec son clocher tors vrillé d’un quart de tour, est certainement le fleuron de cette commune du Beaugeois. 

mouliherne Clochers Tors
 
mouliherne2 225x300 Clochers Tors
L’ardoise et la tuile plate, la pierre et le tuffeau, une séduisante campagne entourée de forêts tel se situe Mouliherne où la douceur de vivre si célèbre en Anjou prend pleinement son sens. L’église, Saint-Germain, classée de style gothique « Plantagenêts » et la flèche torse du clocher contribuent à la beauté du site. 

fontaine g v Clochers Tors fontaine g 225x300 Clochers Tors

L’église Saint-Martin-de-Vertou, du XIe siècle, lambris décorés du XVe siècle, coiffée d’un lourd clocher à base carrée est surmontée d’une flèche torse vrillée curieusement vers la gauche.

montrichard 300x225 Donjon de Montrichard  Le Donjon de Montrichard
anciennement Mons trichardi (le mont du château de Trichard).

Fin du Xe siècle, Foulques Nerra, Comte d’Anjou, était en guerre contre le Comte de Blois; il fit édifier un premier donjon en 1010 sur la colline dominant le Cher, ainsi qu’une chapelle dédiée à la Sainte-Croix. Les successeurs de Foulques firent construire le donjon de pierre et les fortifications au XIIe siècle. L’Anjou devenant possession anglaise, Montrichard fut anglais pendant 35 ans, jusqu’à ce que Philippe Auguste s’empare de la place forte (1188) et rattache Montrichard au Royaume de France.
La forteresse fut alors renforcée et la ville entourée de solides murailles. Un logis royal, édifié au pied du donjon, vit le passage de nombreux rois : de Louis XI, lors du mariage de ses filles, Anne avec Philippe de Beaujeu (1473) et Jeanne avec Louis d’Orléans, futur Louis XII; puis des souverains qui séjournaient dans leurs châteaux de Touraine et venaient chasser dans la forêt. A Montrichard, Sully négocia la reconnaissance du futur Henri IV en 1589. Marie de Médicis, fuyant son exil au château de Blois, fit halte à l’Hôtel de l’Ecu d’Espagne (1619).

014 300x225 Donjon de Montrichard

Maine-et-Loire 49
à 90 km de Nantes → 125 km de Tours → 295 km de Paris
 

  

angers 300x225 Le Château dAngers 

Le château d’Angers du bon Roi René 

entree Le Château dAngers
 » Le plus grand château fort de France« 
 

Au IXe siècle, la menace des Normands amène le comte d’Anjou à installer un poste d’alerte sur le promontoire rocheux dominant la Maine. Lui succédant trois siècles plus tard, la dynastie angevine des Plantagenêts étend ses possessions et règne des Pyrénées à l’Ecosse.
Au XIIIe siècle, sous la régence de Blanche de Castille, Saint-Louis fait édifier la forteresse pour y concentrer les troupes royales. Les remparts massifs construits de 1230 à 1240 ont une circonférence de près d’un kilomètre de long et sont flanqués de 17 tours.
Aux XIVe et XVe siècles, les ducs d’Anjou Louis Ier, Louis II et le roi René (duc d’Anjou et de Lorraine, comte de Provence, roi de Naples, de Sicile et de Jérusalem), princes éclairés et amateurs d’art, développent au château une vie de cour d’une grande renommée. Leurs nombreux séjours à Naples vont influencer leur art de vivre et leur conception de l’architecture.
A la fin du XVIe siècle, le contexte des guerres de Religion redonne au château son rôle défensif de forteresse royale. Les toits des tours et des remparts sont arasés sur ordre d’Henri III, dans l’éventualité d’une attaque des protestants, permettant d’adapter la fortification aux progrès de l’artillerie (ajout de canons).
 

— La tenture de l’Apocalyspe est commandée en 1373 par Louis Ier, duc d’Anjou, frère du roi de France. Réalisée par le tapissier parisien Nicolas Bataille, exceptionnelle par ses qualités stylistiques et techniques, elle l’est aussi par ses dimensions : 103 mètres de longueur, 4,50 mètres de hauteur et 70 scènes. C’est la plus ancienne tapisserie conservée de cette importance au monde. 

jardin Le Château dAngers 

  

 Chronologie du Roi René
• 1409 Naissance du Roi René à Angers
• 1420 René épouse Isabelle de Lorraine, fille du Duc de Lorraine Charles II. Il a 11 ans, elle en a 10.
• 1429 René assiste au sacre de charles VII, son beau-frère, à Reims. il accompagne Jeanne d’Arc auprès du Roi. Elle le reconnaît comme étant un << parfait chevalier >>.
• 1434 Décès de son frère Louis III d’Anjou, René devient Duc d’Anjou.
• 1453 Décès de son épouse Isabelle de Lorraine.
• 1454 Second mariage de René avec Jeanne de Laval, il entreprend la construction du
château de Beaugé• 1471 René quitte l’Anjou car son neveu le Roi Louis XI a annexé le duché. René s’installe dans son comté en provence.
• 1480 Décès du Roi René à Aix en Provence.

porte Le Château dAngers
XIIe siècle : la ville est un grand foyer artistique de << l’empire>> Plantagenêt, dont témoigne l’hôtel-Dieu Saint-Jean, le plus vaste ensemble hospitalier médiéval conservé. Fondé en 1175 par Etienne de Marsay, sénéchal du roi d’Angleterre Henri II de Plantagenêt qui dote richement l’hôpital.
Les bâtiments sont ensuite transformés en musée archéologique, dont il reste quelques éléments dans le jardin.
velleda Le Château dAngers

puit Le Château dAngers 

Indre-et-Loire 37
à 27 km de Tours → 35 km de Blois → 103 km d’Orléans → 225 km de Paris

 

amboise 300x225 Château dAmboise

 Le château d’Amboise  

Edifié aux XVe et XVIe sous les règnes successifs de Charles VIII, Louis XII et François I er , le château d’Amboise était l’une des toutes premières résidence « Royales ». Ce château prestigieux, style gothique – renaissance, abrite une belle collection de mobilier. L’esprit de Léonard de Vinci hante encore le lieu. Il repose (probablement!) dans la chapelle Saint-hubert , gothique mboyant. Les jardins panoramiques offrent une belle vue sur la ville d’Amboise en contre-bas et sur le val de Loire.

Webdesign
Real Time Web Analytics